Entretenir son palmier dans les règles de l’art

Bien entretenir son palmier c’est s’assurer un petit coin paradisiaque dans le jardin mais c’est surtout s’assurer de la survie de son arbre. Car si le palmier est un arbre résistant, il demande tout de même un petit plus d’entretien que certains de ses congénères. Une partie donc importante du site à apprendre par cœur !

Arrosage de vos palmiers

Il est difficile de faire une moyenne car il existe de nombreux palmiers. En moyenne un palmier peut consommer jusqu’à 105 litres d’eau… par jour ! Le palmier saura vous prévenir de sa soif, à la différence d’autres plantes ses feuilles ne vont pas se ramollir mais se replier pour ensuite jaunir. Vous pouvez en apprendre plus dans cette partie notamment par l’arrosage en pleine terre et en pot. Pour en savoir plus, cliquez sur ce lien.

La fertilisation

Si les palmes jaunissent c’est que votre palmier est en manque d’engrais ou de bonne terre ! Je vous conseille un engrais riche en azote qui soit complet. Pour un résultat optimal, essayez toujours d’humidifier. Bien sûr on veut éviter de trop nourrir une plante sur la période hivernale car il faut éviter la croissance durant cette période précise. Pour approfondir la question de la fertilisation, cliquez ici.

La taille

Moment incontournable de la bonne croissance : la taille de son palmier. De temps à autre il vous faudra amener votre palmier chez le coiffeur. Le bon côté est que le palmier ne demande pas de techniques spécifiques. Une taille basique et un bon toilettage suffisent largement. Certaines situations demanderont tout de même une attention spécifique notamment en cas d’attaque par un parasite ou bien en cas de maladie. Je vous propose de détailler un peu ces tailles spécifiques ainsi que de découvrir à quel moment votre palmier doit être taillé !

L’hivernage

Nombre d’espèces risquent la mort lorsque la température descend. Votre palmier doit alors être protégé. La plupart des palmiers que j’ai eu la malchance de voir périr et que j’ai dû remplacer au cours de mes déplacements étaient morts d’une négligence ou en tout cas d’une méconnaissance de la fragilité des palmiers aux températures faibles, voire négatives. Si votre palmier gèle, c’est bien souvent game over ! Je vous propose deux techniques pour protéger votre palmier du froid. L’une autour du regroupement des feuilles et l’autre en utilisant un voile d’hivernage.