L’arrosage du palmier

Quelques conseils sur l’arrosage

Pour l’entretien de son palmier, il faut faire attention pour que votre palmier soit exactement la bonne dose d’eau. C’est sans doute la partie la plus délicate dans l’arrosage. La méthode qu’utilise tous les pouces vert est d’enfoncer un doigt dans la terre pour vérifier si le terreau est sec sous la surface.

Si c’est le cas alors la plante à soif ! Ne vous attachez pas trop à l’aspect de la surface car cette partie du terreau est constamment en contact avec l’air qui l’assèche bien plus vite. Si vous vous concentrez sur cette partie vous risquez d’arroser constamment votre palmier et de le noyer.

Qui dit arrosage dit aussi emplacement, attention à ne pas placer votre palmier dans un endroit trop exposé ou trop chaud. En effet vous pouvez vite vous retrouver dans une situation où des litres entiers d’eau s’évaporent chaque jour. Et votre palmier en souffrira en particulier s’il est encore en pot.

L’arrosage du palmier en pleine terre

L’un des aspects le plus difficile est l’arrosage. Faites surtout très attention aux mois qui suivent la plantation. Essayez d’éviter d’avoir un arrosage automatique proche de votre palmier car ce dernier pourrait ne pas y résister. Vous pouvez cependant décider d’opter pour une espèce habituée à des climats très humide tel que Sabal ou Rhapidophyllum.

L’arrosage du palmier en pot

Plus difficile de vous donner ici une règle spécifique à suivre. Il s’agit plus de bon sens et de bonnes pratiques. Voici tout de mêmes quelques conseils à mémoriser :

  1. Faites 2 à 3 arrosages par semaine en été, pas plus.
  2. L’hiver venu, arrosez trois fois moins car le palmier va décélérer sa croissance.
  3. Assurez-vous que la terre sèche entre chaque arrosage.
  4. JAMAIS d’eau stagnante dans la soucoupe.

Rappelez-vous que lorsque vous souhaitez vérifier si la terre est humide il ne faut pas vous arrêter à la surface. Enfoncez toujours votre doigt pour vérifier que le terreau est bien sec même sous quelques centimètres.

N’oubliez pas que le choix du pot est aussi primordial. Un pot en terre cuite par exemple va être beaucoup plus poreux et va donc généralement accélérer la fréquence d’arrosage. Au final il vous faut analyser les besoins de votre espèce de palmier et vous y adapter par un pot de qualité.